La Liberté

Emmanuel Macron s'adresse aux Français dans une lettre

Emmanuel Macron a adressé mercredi une "lettre aux Français trois jours après le second tour d'élections législatives (archives). © KEYSTONE/EPA/MOHAMMED BADRA / POOL
Emmanuel Macron a adressé mercredi une "lettre aux Français trois jours après le second tour d'élections législatives (archives). © KEYSTONE/EPA/MOHAMMED BADRA / POOL
Emmanuel Macron a adressé mercredi une "lettre aux Français trois jours après le second tour d'élections législatives (archives). © KEYSTONE/EPA/MOHAMMED BADRA / POOL
Emmanuel Macron a adressé mercredi une "lettre aux Français trois jours après le second tour d'élections législatives (archives). © KEYSTONE/EPA/MOHAMMED BADRA / POOL


Publié le 10.07.2024


Emmanuel Macron a adressé mercredi une "lettre aux Français" trois jours après le second tour d'élections législatives anticipées qui n'ont débouché sur aucune majorité claire. Il a appelé à engager un dialogue en vue d'une majorité solide et plurielle.

Le chef de l'Etat, en déplacement à Washington pour un sommet de l'Otan, appelle à un rassemblement autour de "quelques grands principes pour le pays, de valeurs républicaines claires et partagées, d'un projet pragmatique et lisible". Il a choisi de communiquer dans une lettre publiée dans la presse régionale.

"Les Français ont choisi par les urnes le front républicain, les forces politiques doivent le concrétiser par leurs actes", ajoute-t-il.

Emmanuel Macron ne précise pas quelles forces seront amenées à construire cette majorité, mais les conditions qu'il met excluent la participation du Rassemblement national et une partie au moins de la France insoumise.

"Personne ne l'a emporté" dimanche, selon lui, mais il faut "inventer une nouvelle culture politique" face à la coexistence inédite de trois blocs dans l'hémicycle: le Nouveau Front populaire, le bloc macroniste et le Rassemblement national.

Trouver un "compromis"

Le chef de l'Etat précise qu'il "décidera de la nomination du Premier ministre" lorsque les partis auront "bâti" des "compromis", ce qui suppose de leur laisser "un peu de temps".

"D'ici là, le gouvernement actuel continuera d'exercer ses responsabilités puis sera en charge des affaires courantes comme le veut la tradition républicaine", précise-t-il.

Il ne dit pas dans quel délai il acceptera la démission du gouvernement, maintenu pour le moment dans ses prérogatives antérieures. S'il devient démissionnaire, le gouvernement sera réduit à gérer les affaires courantes.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11